Le déclic qui a changé ma vie !

Posted on
Le déclic qui a changé ma vie
Aimer / Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand on passe à côté de son chemin, la vie se chargera de nous le rappeler …

J’ai écrit cet article en réponse à un appel à évènement interblogueur. Je remercie Virginie Loÿ du blog “Une Chose par Jour” https://une-chose-par-jour.com/ pour l’initiative de ce carnaval d’articles sur le thème ” Le déclic qui a changé ma vie ” !!!    En suivant le lien vous pourriez découvrir le blog de Virginie ainsi que d’autres articles de collègues et amis blogueurs sur le même sujet.

Le déclic qui a changé ma vie

Je vivais de ma passion, la danse, depuis un moment déjà quand j’ai rencontré mon ami. Quand j’ai vu le guitare à côté de lui j’ai été comme rassurée. J’avais déjà vécu une histoire d’amour de plusieurs années avec un guitariste et je fréquentais le milieu prenant moi-même des cours de musique. Jusqu’ici tout allait au mieux. Cependant, pendant les six années de notre relation, cet homme a entamé une reconversion vers un parcours d’enseignant de langue auprès de grandes sociétés. Il s’y croyait déjà business man à la hauteur de ces dirigeants. Content d’avoir une fille “présentable” à ses côtés ( d’un look streetwear, j’avais changé sous sa pression pour une garderobe plus classique, talons, jupe ), je devais me restreindre à sourire et à faire small talk, bref, la plante verte ! Ce qui n’était vraiment pas à mon goût, mais quand l’amour nous prend, difficile de garder le recul.

Et la danse dans tout ça ?

Mon métier l’irritait de plus en plus, il fallait me trouver un travail stable et sécurisé, et pourquoi pas secrétaire bilingue sur un chantier, payé au smic ? Je commençais à me taire et taire en même temps mes rêves et passions. La conversation devenait très difficile avec lui, je n’avais peut-être pas le niveau de ses chefs d’entreprise et je ne pouvais pas lui apporter ce qu’il recherchait. De plus, ayant trouvé un travail de mannequin cabine je gagnais bientôt bien plus que lui, ce qui était un coup dur pour sa fierté. Ce travail est pénible pour une danseuse puisque basé sur une immobilité pendant des heures. J’abandonnais de plus en plus la danse en faveur de ce travail plus lucratif mais difficilement supportable pour mon corps au point d’avoir des malaises selon la température ou l’éclairage du lieu ( halogènes ) et les vêtements à essayer (  essayage de ski en pleine canicule ou maillot de bain en hiver ).

L’accident du trop plein

Un jour je recevait un appel pour la figuration dans un film. Le matin, je partais de la maison chargée comme un mulet avec des robes, chaussures et accessoires à apporter. Mon mobile sonnait et je décrochais, loupant de peu le bord du trottoir, haut d’une vingtaine de centimètres à cet endroit. Mon pied glissait vers le bas le long de la pierre en recevant tout le poids de mon corps d’un coup. Aïe ! Sans le savoir je m’étais cassé la base du 2e métatarsien du pied droit. Arrivée dans le studio de tournage mon pied était douloureux et gonflé, accident de travail ( du trajet ) ! Je faisais une deuxième journée de figuration toujours assise en cachant mon pied qui ne rentrait plus dans ma jolie chaussure à talon haut. Je finissais par faire une radio qui ne montrait pas la fracture. C’était parti pour les vacances que j’avais organisé malgré les protestations de mon ami qui ne consentait pas de dépenser tant d’argent, ni, par ailleurs, son précieux temps, pour une voyage à deux.

La fracture “turning point “

Ayant fait la randonnée en montagne, je ressentais toutefois quelques douleurs dans mon pied. A mon retour, un scanner montra enfin la fracture. Le verdict, suite aux mouvements continus le corps avait formé une sorte de chair entre les os. Les deux parties ne pouvaient donc plus se souder ensemble et l`opération s’avèrera trop difficile et sans garantie de guérison. Un fasciathérapeute mettra le doigt sur un point important : une fracture est souvent une cassure dans la vie, un “turning point”. Ceci commençait à m’occuper l’esprit. Je creusais en dévoilant peu à peu ce qu’il n’allait pas dans ma vie : la danse me manquait, l’immobilité ne réussissait décidément pas à mon corps qui avait perdu ses réflexes et j’avais mis au placard mon optimisme et enthousiasme en même temps que mes rêves …

Le réveil, – ou quand le déclic porte ses fruits

Arghhhh, le réveil est dur, mais ceci constituait un premier pas de recul par rapport à une relation qui empoissonnait ma vie petit à petit. Je décidais de reprendre ma vie en main. Mon pied s’était stabilisé, presque pas de douleurs mais je ne pouvais plus porter des talons et j’ai du glacer régulièrement pour éviter une inflammation. J’ai effectué une validation de mes acquis en danse par la Direction des Affaires Culturelles. Puis j’ai recommencé de prendre des cours de danse. Finalement, j’ai entamé des démarches pour la formation du diplôme d’état de professeur de danse au Centre National de la Danse. J’étais toujours en relation avec mon ami. Ce n’est pas si simple de mettre un terme à six ans de relation commune et d’ailleurs, pour l’instant, ceci ne me traversa même pas l’esprit tellement j’ai été investi émotionnellement dans cette relation. La réaction de mon ami ne se laissa pas attendre, ” Comment, – tu vas avoir moins de temps pour moi pour passer quatre mois à faire de la danse ???”

La rupture ou, – le retour vers mon futur !

Mais cette fois-ci, j’étais décidé, je savais ce que je voulais. Après un dernier appel au cours duquel il me menaçait de continuer de son côté son chemin, je lui dit ” d’accord, je comprends”. Nous raccrochons. Après deux semaines le téléphone sonne. Il m’est impossible de répondre. Ayant pris de recul il m’était incompréhensible comment j’ai pu me perdre autant, comment j’ai pu dévier autant de mon chemin, comment j’ai pu abandonner mes rêves. Pour la petite anecdote, le téléphone sonnait encore des maints fois avec des messages à la clé montrant malheureusement aussi le peu d’attention qu’il avait prêté à mon égard. Seulement quelques semaines après, il s’était trompé d’un mois concernant mon anniversaire, il avait perdu mon numéro de téléphone fixe et il m’avait appelé pour m’inviter pour la Saint Valentin, à 19h du jour-même …. Pourtant, ce n’était malgré tout quelqu’un de très gentil, mais nous n’étions pas faites l’un pour l’autre.

Epilogue

Je n’ai plus jamais pu répondre à un de ses appels. Le plus important est que j’ai repris la danse et je n’écouterais désormais plus personne qui tentera de m’en dissuader !

Douloureux mais nécessaire, ce déclic qui a changé ma vie, m’a démontré ce que je savais déjà mais dont cette relation m’avait fait oublier l’importance. Etre libre et maître de soi, ceci n’a pas de prix ! La liberté est la condition pour le mouvement et sans mouvement il n’y pas de vie.

“Entre liberté et la sécurité, quel est le plus important ? ”  La réponse du Dalaï Lama : “Liberté – en raison de notre ingéniosité naturelle. Nous avons un grand potentiel de créativité qui exige la liberté si nous voulons éviter la stagnation.”  – Francfort, 13 septembre 2017 

Toutes les photographies de ce site sont copyright Claudia Waldmann. Merci de respecter le droit d’auteur.

Découvrez d’autres articles sur ce sujet écrits par des collègues et amis blogueurs !

Cet article fait partie d’un “carnaval d’articles” sur le sujet ”Le déclic qui a changé ma vie”, initié par Virginie Loÿ dont vous pouvez découvrir le blog extraordinaire ci-dessous. Je profite de la remercier à la même occasion et je vous invite de découvrir également les articles d’autres blogueurs sur le même sujet en suivant ce lien :                                https://une-chose-par-jour.com/

 

2 Replies to “Le déclic qui a changé ma vie !”

  1. “Etre libre et maître de soi, ceci n’a pas de prix ! La liberté est la condition pour le mouvement et sans mouvement il n’y pas de vie.”

    C’est tellement ça! Il faut suivre la petite étincelle qu’il y a au fond de soi! Encore plus fortement lorsque l’on a une vocation. Merci pour ce partage.

    1. Merci à toi, Katia ! Oui, j’encouragerais chacun qui sent cette flamme en lui de la suivre. J’ai visité ton blog “Routines Plaisir”, le défi de la méditation serait une chose à “méditer” pour moi aussi 🙂 Bravo, je t’encourage !

Laisser un commentaire