Et je (re)marche ! Proprioception, l’Espace et les Autres

Posted on
Aimer / Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

#11/30 de mon Défi “30 articles en 30 jours”

Et je (re)marche ! Proprioception, l’espace et les autres

Deux mois déjà

Aujourd’hui, ça fait deux mois ! Deux mois depuis cet après-midi fatidique, dans ce studio surchauffé par le soleil d’été, là où mon avant-pied a resté scotché sur un sol mal rincé et collant pendant un exercice de pirouettes … et que l’os du 5e métatarsien a lâché avec un grand crac bien audible !

Deux mois également de paperasse administrative, deux mois d’impuissance solitaire au milieu du trottoir, invisible au milieu d’un torrent incessant d’inconnus qui passent, mais aussi deux mois avec un cadeau inestimable et précieux qu’est le temps.

Le temps pour soi, le temps avec son corps, le temps avec ses pensées qui, du coup, commencent à affluer, d’abord comme un ruisseau presque séché, puis de plus en plus fécond d’idées et d’imaginaire. Le temps aussi pour les autres, pour l’écoute et le partage.

En somme, deux mois riches en expériences les plus diverses, à presque en devenir accro.

Retour dans le monde actif ?

Ces deux mois je les ai passé, pour la majeur partie, à domicile, immobilisée par une chaussure de marche remplaçant le plâtre et me déplaçant difficilement avec des béquilles. Chaque sortie était un peu angoissante : est-ce que quelqu’un va me renverser sur le trottoir, est-ce que je vais pouvoir traverser la rue dans le temps voulu du feu ou rester au milieu avec les voitures des deux côtés de moi ( oui, ça m’est arrivé ! ) ? Est-ce que je vais trouver une place dans le bus avant qu’il démarre, vu que je n’ai pas de main libre pour me tenir, ou est-ce qu’on va encore me refuser la place et je vais être projeté sur quelqu’un, mes béquilles en l’air ? Et rebélote à chacun de mes trois changements de bus et tram …

La rue est la jungle

En fait, dans la rue, en ville, c’est la jungle, je ne l’avais pas compris. Ceux qui sont invalides, handicapés, en chaise roulante, ne peuvent pas accéder aux transports ( surtout le métro ), aux magasins, aux administrations, aux parcs, aux évènements, comme ils le voudraient …

Sérieusement, c’est souvent la loi du plus fort, de celui qui est en bonne santé.

J’exagère peut-être un peu, puisque j’ai rencontré des personnes charitables, avenantes. Mais la plupart du temps il fallait demander et quelque fois, c’était “non” ! “Allez-y vous-même”, “faites-le vous-même”, “je ne me lève pas”, ou juste “non” … Souvent les personnes ne s’arrêtent même pas, il semble qu’ils courent après ce même temps dont moi, je dispose pleinement … Sauf que, après ces deux mois de plénitude, il faudra affronter de nouveau un monde hostile, et cette fois-ci sans mon armure, ma botte robocop, même si, pour l’instant, je garde sur conseil du kiné mes béquilles, en signe de ” drapeau blanc ” !

Mettre le corps à l’épreuve, – la proprioception

Proprioception, quel mot “barbare”, – mais qu’est-ce que c’est ?

La proprioception (formé de proprio-, tiré du latin proprius, « propre », et de [ré]ception) ou sensibilité profonde désigne la perception, consciente ou non, de la position des différentes parties du corps. ( source Wikipédia )

Il s’agit donc de notre perception de notre corps dans l’espace et par rapport aux autres parties du corps; en quelque sorte il s’agit d’un 6e sens, indispensable à notre quotidien.

Et c’est justement cette proprioception qui me fait défaut après ces deux mois !

Ah, que c’est dur. Je ne me suis pas du tout rendu compte, mais j’ai perdu toute sensation en-dessous le pied. Je sens bien le toucher lors du massage, mais lors de la marche le pied n’épouse plus le sol, il est contracté et toujours assez gonflé. D’ailleurs sa couleur diffère bien de l’autre pied qui est bien irrigué et ne présente pas cette coloration rouge/violet.

La rééducation, 20 séances, ça fait, … 10 semaines ?

Pour l’instant, il y a encore du travail à l’intérieur du pied pour re-souder la fracture ce qui mettra environ 6 mois. Le corps est donc occupé par cette tâche qui lui demande des ressources. En plus de la nourriture saine et équilibré il lui faut maintenant, deux mois après l’accident et en vue de radios encourageants, du mouvement.

Pendant l’immobilisation, un protocole exige l’injection sous-cutanée journalière de anticoagulants. Ils empêchent la formation de cailloux de sang et le danger d’une phlébite. Avec la reprise de la marche et l’appui du pied c’est aussi l’arrêt des anticoagulants.

Sérieusement, au début je regardé le médecin d’un oeil incrédule, … encore 2 mois d’arrêt de travail, … et 20 séances de rééducation ???  D’accord, la reprise du mouvement est vraiment indispensable pour relancer la circulation du sang et éviter des crampes, contractures et claquages. C’est aussi le moment de reposer bras, poignets et adducteurs. Ceux-ci avaient fait des efforts inhabituels et présentent éventuellement des tendinites et inflammations locales. Mais, vraiment, aurais-je besoin de tout ce temps ??

Alors, au travail, en avant la proprioception !

Mince alors, je perds de l’équilibre ! Là, je sens que ça va être long, j’avance au pas de course d’un escargot… un pied devant l’autre et je me tortille dans tous les sens pour garder l’équilibre. Non, il faut garder le bassin droit, le buste aussi, oui, mais … Ok, apparemment il sait de quoi il parle, aussi je ne suis pas la seule danseuse sur place, il y a un danseur en position de grand écart et une danseuse qui fait des pliés en position dos plat/ arabesque …

Maintenant à la barre, chouette ! Non, pas première, en parallèle, le poids du pied sur celui qui ne veut pas … et on lève l’autre ! Euh, … comment je fais ? Ok, juste demie-pointe du côté pied sain, avec le poids du corps au milieu de l’autre pied, c’est assez pour aujourd’hui.

La proprioception, pour l’instant, ce n’est pas encore ça.

L’espace à moi, l’espace commun et celui des autres

Si la proprioception agit comme un GPS, il y a donc des causes qui peuvent altérer son fonctionnement ainsi que la “carte”, le schéma enregistré ( accident, âge, maladie … ).

La perception de l’espace change alors. L’espace interne et la coordination entre les parties du corps, l’aperçu et le référencement de l’espace environnement, les mécano-récepteurs sont placés dans les muscles, tendons, articulations, fascia et la peau ( pas les yeux ).

Le cerveau agit comme un anticipateur biologique faisant des prédictions sur les évènements à venir. Par sa grande plasticité, il s’appuie sur des expériences récentes et ce, pour la plupart du temps, d’une façon inconsciente pour nous, – il s’agit donc de réflexes.

Proprioception est un facteur déterminant de l’optimisation de la performance

Si la proprioception est si important pour la gestion de son propre espace, sa mobilité et stabilité, elle est , en conséquence, aussi déterminante pour la gestion de l’espace commun avec d’autres, notamment en danse.

Un exemple de vie courante : il suffit de marcher dans la rue. Dès que vous croisez quelqu’un, inconsciemment, autant vous que la personne en face, allez faire un léger mouvement pour ne pas toucher l’autre. Ainsi, chacun respecte l’espace de l’autre, même si, dans les grandes villes surtout, l’espace disponible est étroit.

Si vous n’avez pas cette capacité, soit à cause d’une blessure ou par l’âge, vous risquez d’être bousculé voire renversé si vous ne portez pas des signes très distinctives de votre incapacité de réagir sur la sollicitation d’autrui.

Nous n’avons pas tous les mêmes ressentis par rapport à notre espace, ni les mêmes besoins. En général, nous repérons rapidement les personnes ” envahissantes ” et nous tentons d’affirmer notre espace vital pour pouvoir évoluer à notre guise.

En résumé

         Nous avons un outil secret en nous : la proprioception !

Cet outil fait un travail remarquable sans que nous ayons besoin de nous fatiguer à faire un stimuli ou une analyse volontairement. Mais en cas de blessure, nous devons rectifier et re-développer sa capacité et assurer les bonnes prédispositions pour son fonctionnement.

Pour un danseur, une proprioception précise est indispensable pour permettre la coordination des mouvements de son corps, son déplacement dans l’espace ainsi que la gestion de l’interaction avec les autres danseurs.

 

 

Laisser un commentaire