Danse et nature, – équation impossible ?

Posted on
Aimer / Partager l'article :
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

#6/30 Défi 1 article par jour pendant 30 jours

Danse et nature, – équation impossible ?

Danse et nature, la première chose qui me vient, est "nature" humaine ...

On regardant autour de soi, surtout dans des grandes villes, qu’est-ce qu’il reste de nature, de la nature dans l’humain et dans son mode de vie ? Dans l’humain même, n’est-pas le mental qui chasse petit à petit le naturel ?

L’évolution, – une séparation de l’homme et la nature ?

Depuis l’évolution de l’humain vers un être conscient et ” être intelligent”, il a quitté en quelque sorte l’ensemble de la nature qui fonctionnerait en tant qu’entité d’un système biodynamique et autorégulant pour prendre son destin en main. A l’image de l’humain, on pourrait se demander, quel est le dégrée d’évolution non pas seulement de l’homme mais aussi tout son environnement ? Est-ce que l’évolution des êtres vivants autour de nous, pouvait être comparable à l’évolution de l’humain ?

L’intelligence en marche

Si l’homme a pu engranger son évolution vers une conscience intelligente, est-ce qu’il y aurait des études et recherches qui démontrent que c’est aussi le cas d’autres êtres ? Et non pas seulement de ceux qui nous entourent , les animaux de compagnie et qui pourront le faire par mimétisme ou par” éducation” ? Je ne parle bien sûr pas d’une prise de conscience immédiate et fulgurante mais d’une sortie ” graduelle et presque imperceptible de la “nature” et d’un état inconscient et instinctif régi par de réflexes de survie, vers la capacité de décider volontairement en tenant compte des émotions et préférences individuelles pour faire un choix ciblée…

Ce qui voudrait dire que la nature dans son ensemble sera soumis à un changement vers un état plus conscient mais moins autorégulant puisque chaque composant de cet ensemble décidera pour lui-même … une anarchie utopique et peu imaginable !

Le mouvement pour le plaisir

Vous avez peut-être pu observer des animaux qui sautant ” de joie”, comme nous les interprèteront ? Si ce mouvement constitue une réponse du corps sur une stimulation interne qui ne fait pas partie des réflexes de survie il serait peut-être l’expression d’un mouvement, plus ou moins incontrôlé, d’une nécessité pour se décharger de l’énergie  surgissant par moment, d’une façon inexplicable ? Vous remarquez que ces sauts se pratiquent soit devancés d’un élan, comme par exemple, la course d’un cheval ou d’une vache qui soudainement se cabre. Mais vous pouvez aussi observer des animaux, une biche, un lapin, qui restent immobile puis, d’un coup, s’élance dans une série de sauts, comme des sursauts, et nous avons m’impression qu’il se dégage une sensation de plaisir d’euphorie même …

Mouvement et liberté

La liberté de l’expression physique est un besoin essentiel à la vie et la survie. Expression physique, je comprends tout mouvement du corps. Vous vous êtes déjà demandé pourquoi existe-t-il des prisons et la punition par enfermement ? Pas uniquement pour éloigner le danger que représente le criminel, du reste du monde mais aussi parce que la vision de l’enfermement fait peur ! Il semble que le mouvement contraint, donc l’enfermement, est ce que nous craignons le plus après la peur de la mort. Chez les animaux on peut observer une volonté de liberté si fort que l’animal sauvage va plutôt se laisser mourir que de vivre enfermé. Chez l’homme c’est bien le mental et la projection qui l’aide à surmonter l’état de l’enfermement. Ainsi nous avons appris de basculer notre besoin de mouvement vers une activité sédentaire puis une “activité” de plus en plus immobilisée, donc mentale.

La nature des choses

Est-ce qu’un minéral évolue quand son énergie, donc la vitesse des électrons diminue ou augmente ?  Comment fonctionne l’intelligence, naturel, émotionnel, artificielle … si on augmente l’énergie, elle évolue et si on diminue, voir, arrête l’énergie, elle meurt ? En tout cas ceci semble être le cas des “êtres vivants ” et de l’humain. Et si on applique cette vision, nous seront donc en danger, puisque notre mode de vie tend vers l’immobilité physique et nous ne risqueront plus d’évoluer ? Est-ce que nous serons capable de diriger notre évolution à l’aide de machines et d’adapter notre environnement pour qu’il sera viable, aussi dans le futur, en diminuant notre propre énergie vitale ?

Vie et mouvement

Quand on parle de la nature des choses, on comprend qu’il s’agit en fait de son essence profond. La “nature” sera donc l’essence profond de tout et aussi de nous-même. “Soit naturel !”, “naturellement”, “les soins naturels”, …  nos avons tous déjà entendu des termes qui font partie du vocabulaire français. Une des essences de la vie est l’action du mouvement. Nous sommes tous d’accord, sans mouvement il n’y a pas de vie. Et, ce dont nous sommes pas toujours conscientes, ce mouvement est rythmé, il suit le rythme du coeur. De ce rythme dépend aussi la durée, – avec ce moteur il y a un début et un fin à la vie. Tout vie est donc mouvement qui suit un rythme !

Le rythme et notre santé

Plus nous suivons dans nos mouvements ce rythme, plus nos mouvements seront fluides et notre bien-être harmonieux. Notre vie est donc rythmé par les battements de coeur et notre respiration. Notre état physique et mental influe grandement sur notre respiration et celle-ci sur notre santé. En cas de contrariété la respiration est saccadé, retenue par moment, puis expulsé d’un coup en soufflant si nous nous en rendons compte. La communication à l’intérieur de notre corps n’est donc pas fluide mais contrainte par nos pensées négatives ou contradictoires voire par des dialogues que nous menant silencieusement dans notre tête avec une tierce personne avec laquelle nous sommes en conflit. Si nous sommes en train d’aller vers un joyeux évènement que nous avons attendu pendant quelque temps déjà ou si nous sommes tout simplement ” de “bonne humeur” sans soucis particulier, notre respiration est fluide, lente, profonde et notre corps ( et coeur ) léger.

Les sensation négatives sont plutôt teinté par un évènement dans le passé ou sa projection dans le futur, pendant les émotions positives que nous ressentons en approche d’un évènement heureux tient plus de la projection de nos “rêves et désirs”.

Au début, il y avait la danse …

Une des premières expressions gestuelles de l'humain était la danse.

L’art pariétal préhistorique montre déjà des figures humaines exerçant des mouvements de danse. Ces images sont plutôt accréditées à la représentation de rituels. Pourtant, avant d’honorer un dieu païen par ses mouvements il a dû y avoir une connaissance du mouvement dansant initiée auparavant.

Dans les temps “modernes” et ceci depuis l’antiquité la danse était de plus plus codé, et non pas soumis à l’improvisation, voire la transe durant des rituels.  Ces codes éloignaient en même temps la danse d’un milieu naturel, pour le faire entrer dans des cours. La danse devient alors expression d’une élite mais elle est aussi pratiquée, sous une forme plus populaire par des gens du peuple lors de fêtes et foires des villages.

La danse se scinde alors en 3 parties majeurs : rituel païen des peuples primitifs, danse conviviale de groupe ou de couple, danse codée des classes supérieurs marqué par laé et la domination masculine et l’avènement de la danse artistique mais dont l’art était moins considéré que des arts dites de l’esprit, l’écriture, la peinture, …

Le relation danse et nature aujourd’hui

Aujourd’hui la danse se pratique en tant que forme d’art et forme de partage sociale dans des agglomérations, donc là où la densité d’occupation de l’espace est concentré : dans des grandes villes. Plus les villes sont grandes, plus il y a le choix de différentes styles de danse et plus les théâtres et compagnies peuvent compter sur le soutien des spectateurs et de la mairie et territoires.

La danse s’est donc considérablement éloignée du milieu naturel, au point qu’il semble que la pratique de la danse et la vie rural ne soient pas compatible, du moins du point de vue professionnel.

La nature dans la danse

Même s’il existe des courants qui mettent au centre de leur intention le bien-être et proposent de pratiquer la danse en milieu naturel, ceci restent des exceptions et un interprète ou professionnel de la danse ne saurait guère en vivre.

Pourtant le sujet de la nature est souvent présent dans les créations, s’il s’agit de la danse classique ( “Lac des Signes”, … ) ou d’autres styles.

Nos expériences et vécu dans l’environnement naturel réveillent en nous des souvenirs et  pour obtenir un certain résultat en terme de mouvement le professeur de danse nous donnent des images  ( d’un arbre, du ciel des nuages, de terre, oiseau, félin … ). Il y a donc en permanence cette échange avec l’image de la nature et elle résonne en nous pour nous porter. Ainsi, travailler avec ces images et les sensations quelles nous inspirent, nous permet de nous dépasser et nous évader. Nous pouvons nous en inspirer pour appréhender notre vision du mouvement et, en écoutant notre propre “nature”, créer notre danse bien à nous.

 

 

Laisser un commentaire