Comment garder le morale en cas d’un accident

Posted on
Aimer / Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

#4/30 Défi 1 article par jour pendant 30 jours

Comment garder le morale en cas d’un accident ?

Le caractère essentiel d’un accident est le fait qu’il arrive d’une façon totalement imprévu et qu’il a souvent des conséquences physiques allant de désagréables à dramatiques.  L’accident a un impact dans notre vie courante et il arrive qu’il déstabilise radicalement notre quotidien, touchant autant le physique que notre qualité de vie et notre motivation.

L’accident de travail, rester combattant malgré la blessure!

Salarié dont intermittent

Le premier impact se fait ressentir en matière financière puisqu’un accident avec arrêt de travail interrompt abruptement la ressource de moyen qui est notre travail. Un salarié ( dont fait partie le danseur en tant quintermittent de spectacle ) peut bénéficier d’une déclaration d’accident de travail ( lire aussi ) si l’accident à eu lieu pendant la journée de travail soit au lieu de travail ou sur le trajet. Les suites de l’accident, actes médicaux, arrêt de travail avec indemnités journaliers selon critères, séquelles éventuelles ou incapacité permanente sont donc prises en charge.

Il est important d’insister sur une déclaration fait par l’employeur dès que l’accident est survenu. Effectivement vous avez un délai restreint pour la déclaration de l’accident et il est souvent, je vous l’assure, très difficile d’obtenir ce document si vous n’insistez pas ( même lourdement ) dès le début. C’est aussi pour cette raison il est toujours conseillé de faire appel à l’intervention des premiers secours. Le constat des pompiers et le certificat initial de l’hôpital seront des précieux preuves concernant la constatation de l’accident.

Indépendant

Un travailleur indépendant, micro-entrepreneur ou autres statuts, ne peut prétendre à la prise en charge d’un accident de travail puisque c’est la CPAM qui est le seul organisme traitant les accidents de travail. Cependant il peut bénéficier de versements d’indemnités journalières sous condition ( lire aussi ).

Polyactifs 

Si vous êtes danseur et que vous avec aussi déclaré une activité d’indépendant comme, par exemple, pour donner des cours, vous serez basculé dès votre déclaration de création d’entreprise (oui, il s’agit bien de ça ) au régime des indépendants, le RSI.

Mais vous ne savez peut-être pas que vous pouvez choisir, en tant que polyactif, le régime auquel vous souhaitez adhérer et que vous pouvez, à tout moment demander une bascule. Notez qu’il semble être prévus des changements au niveau du régime des indépendants dans les deux années à venir et notamment de celui de l’assurance maladie des indépendants.

Sachez qu’il existe des études sur la fréquence des accidents en arts de spectacle. J’ai assisté à un évènement organisé par le Centre National de la Danse, CND Pantin, appelé “Les lundi de la santé”, pendant lequel durant une intervention de l’INSEP, j’ai appris que la fréquence de l’accident de travail d’un danseur professionnel était de 2 accidents de travail par an !  Il y a donc peut-être un intérêt de privilégier la caisse qui prend en charge les accidents de travail si vous pratiquez la danse d’une manière intense et professionnel.

Planifiez votre journée pour ne pas vous laisser submerger!

Donc, vous l’aurez compris, vous n’échapperez pas à une multitude de paperasse alors qu’en fait vous avez juste envie de dormir puisque vous souffrez de douleurs ou que votre corps a besoin de ce repos pour se reconstruire.

Si je parle de planifiez, il s’agit simplement de vous donner des repères à l’intérieur de votre journée. Et pour ceci vous devais connaître votre fonctionnement.

Vous êtes plutôt :

  • inspiré et créatif
  • concentré, productif et efficace
  • dynamique et ayant besoin de mouvement
  • fatigué et ayant besoin de repos

A priori, vous vous reconnaîtrez dans plusieurs de ces adjectifs.                                                    Je vous invite alors de les distribuer sur votre journée en choisissant les tranche d’horaires qui vous convient le mieux pour tel ou telle activité.

Ma journée d’immobilisée

( fracture du 5e métatarsien, immobilisée avec chaussure “Robocop” et béquilles )

Le Reveil

Par exemple, quand je me réveille, j’ai besoin de faire quelques exercices avant de me lever et, j’ai de la chance, mon futon se prête à merveille pour des étirements douces. L’importance est d’être concentré uniquement sur le corps.                                                        La séance est terminé quand des idées commencent à fuser !!! Je me dépêche de prendre mon cahier pour saisir ce feu d ‘artifices qui se produit avant que les idées s’estompent sans laisser de traces. L’écriture se poursuit jusqu’à ce que mes idées se calment, laissant la place au petit déjeuner.                                                                                                                                                Je profite de ne pas avoir de rendez-vous de travail ( puisque en arrêt de travail ) pour me donner tout le temps nécessaire pour déguster sans aucun stress ce premier repas de la journée.                                                                                                                                                  C’est aussi un moment d’introspection et de visualisation, ça peut paraître étrange, mais c’est comme ça !

La Matinée

Il se peut que je trouve dans ces moments non pas seulement la nourriture pour mon corps mais aussi une source de motivation pour la journée qui commence à s’organiser dans ma tête. En temps d’immobilisation, mon emploi du temps n’est pas vraiment rempli, mais attention, au bout de quelques semaines ceci tend de devenir addictif, … stress, euh, non, je prends mon temps … !                                                          Vient alors le moment propice pour régler l’administratif ( il faut bien se booster pendant le petit déjeuner !!! ) et d’appeler les différentes organismes en étant le plus renseigné et clair que possible. Le plus vous êtes clair, le plus facilement vous auriez un renseignement ou un document. Evitez d’appeler entre midi et 2h de l’après-midi pour éviter l’attente !

L’Après-midi

Puisque j’y suis, après un déjeuner ( bio, bien sûr 🙂 ), c’est reparti pour en finir de la paperasse pour quelques jours. Je m’organise pour trouver des âmes charitables pour faire des copies de documents et envoyer des recommandés.                                                            Il est 15h30, j’ai la bougeotte !!! Que faire ?                                                                                          Internet peut être utile pour trouver la stimulation ! Je regarde une chaîne Youtube sur des exercices de musculation. Quand on ne peut pas poser un pied, pendant les déplacements tout le poids du corps repose sur les béquilles ou sur l’autre pied. En tant que danseuse ou même de photographe j’ai de la force dans les bras mais pas suffisamment pour soulever mon poids du corps.                                                                          Pour éviter des tendinites au niveau des avant-bras, des problèmes aux poignets, aux épaules et des douleurs au dos suite à la charge vaut mieux prévenir que souffrir ! Pompes et abdos, exercices de souplesse aux niveaux des épaules, des exercices de déroulement du dos, de torsion et de flexion, ne gênent en rien, selon mon expérience, la guérison du pied et contribuent à un bien-être qu’on souhaite entretenir même si on est gêné par la douleur de la blessure.

Fin d’Après-midi

Ainsi préparé j’affronte le monde extérieur semé d’embuches.                                                  Ah, j’ai oublié quelque chose ! Préparez-vous d’être confronté à de nombreux obstacles :

  • transports en commun : à éviter !!! A privilégier les bus, pour les rendez-vous impératifs … le métro et les RERs sont à fuir si vous ne voulez pas vous retrouver piégé sur un quai !
  • le trottoir : la jungle ! Vous pouvez rester pendant 20 minutes parce que vous devez monter une pente, ou vous avez mal aux poignets, personne ne s’arrêtera puisque vous êtes, comme par magie, invisible ! Bon, j’exagère un peu, il y a des personnes charitables, surtout ceux qui ont vécu une expérience similaire, mais …
  • La traversée d’un carrefour : danger ! Au début vous ne serez pas assez rapide pour faire une deux-voie dans les temps. Le risque : que tout le monde démarre malgré que vous vous trouvez au milieu de la chaussée ( c’est du vécu ) !!! Vous avez donc des véhicules des deux côtés de vous et vous ne pouvez plus avancer, ni reculer. Euh, …courage !
  • la pluie : oui, j’oublie souvent que je n’ai pas de main libre pour, tenir un parapluie 🙂 , à noter que la chaussée mouillée, décorée de jolies feuilles multicolores, est glissante !!!
  • les portes : vous pouvez, dans un certain dégrée, pousser, mais pas tirer 🙂
  • faire les courses de première nécessité : oui, comme nous avons déjà constaté que nous ne sommes pas “Shiva”, je me contente de pendre un sachet à la poignet de ma béquille et d’emporter mes courses après avoir payé dans un sac à dos.

En sachant ce qu’il vous attend, vous pouvez vous mentalement préparer. Ne vous laissez pas allez à une sensation d’impuissance ou de désespoir parce que vous vous trouvez dans l’incapacité d’avancer seul. Les passants passeront sans vous regarder, il faudra prendre votre mal en patience, finalement quelqu’un s’arrêtera pour vous aider. Il faut accepter d’avoir besoin d’aide et j’avoue que c’est un point difficile pour quelqu’un qui a l’habitude d’être indépendant. Vous allez passer beaucoup de temps à attendre, mais vous auriez tout ce temps à observer votre environnement et à tirer profit de votre observation. Vous avez finalement du temps, profitez-en ! Pourquoi se presser  à se déplacer d’un point à l’autre, la seule chose que vous avez à faire, c’est de prendre soin de votre corps.

Soirée bien méritée

Et justement, après cette journée bien remplie et productive, je me relaxe tranquillement après avoir pris mon repas léger du soir ( grâce aux petites courses journalières je reste active et j’ai toujours du frais à la maison ). Je regarde ce que fait le reste du monde en consultant mes mails et les réseaux, en essayant de ne pas trop m’attarder.

Après une douche ( le matin et le soir ) grâce à ma botte amovible et en prenant toutes les précautions de ne pas toucher par terre avec mon pied, je me consacre aux “petits soins“. Exercices de souplesse, auto-massage surtout des extrémités, glaçage du pied, puis le moment cruciale que je déteste, la piqûre d’anticoagulants.

Dans un premier temps effectués par des infirmières à domicile, je recommande vivement de faire ces piqûres vous-même dès que l’infirmière vous aurait montré. Ainsi vous éviterez hématomes et nodules en faisant cet exercice courageusement seul et en écoute de votre corps !                                                                                                                                                  Suivi d’un temps de repos, un sursaut d’énergie de survie ( peut-être du à l’envie de rester maître de soi ) me poussent parfois à mettre de la “Happy music” à fond et de danser, sur une chaise, ou débout sur une jambe jusqu’à l’épuisement… Ces jours-là, c’est sûr, je dors comme un bébé et épanouie.

Alors, en fait, … pas si mal une journée d’immobilisée ?!!! 

 

En Résumé

Un danseur a souvent comme une impression même inconsciente qu’il est remplaçable, impression qui correspond malheureusement à la dure réalité du marché de travail, d’ailleurs façonné par un travail à la journée ( intermittent ) en cachet et une périodicité et fréquence incertaine. D’ailleurs, la plupart des compagnies, théâtres, productions engagent des remplaçants en prévoyance.

Il ne faut pas ignorer les signes de son corps en ayant peur de ne pas être engagé, ré-engagé ou d’être viré. Effectivement, ces pratiques existent, mais votre corps est votre outil de travail et votre santé passe avant tout.

Puisque vous avez du temps, proposez votre capacité d’écoute à vos proche. Pouvoir aider les autres vous aidera de vaincre une possible inertie et contrera doutes et peurs que vous ayez inconsciemment pour laisser la place plutôt à une sensation de paix.

Les accidents font partie de la vie active, il faut impérativement connaître ses droits et agir rapidement pour prendre les décisions adaptés. Ne vous laissez pas submerger par la situation et gardez votre calme ! Ne vous abandonnez pas au sentiment d’impuissance !

Votre guérison physique dépendra de votre optimisme et de votre motivation.

 

Je vous rappèle que je relate mes expériences personnelles et mes avis 
et conseils donnés m'ont aidés personnellement mais ne sont peut-être 
pas adapté à votre cas. Je ne suis ni médecin ni professionnel 
de la santé, ni juriste, ..., mais je vous parle en simple être humain.

 

Laisser un commentaire